Lucas Belvaux


JPEG - 66.2 ko
Lucas Belvaux
Photo de Lucas Belvaux

Lucas Belvaux grandit à Namur. Enfant, il passera très souvent ses vacances avec ses parents et ses frères, à côté de Sévérac-le-Château dans l’Aveyron. En 1979, il fugue et monte à Paris en auto-stop pour devenir comédien.

 

En 1981, il obtient le premier rôle dans Allons z’enfants d’Yves Boisset, aux côtés de Jean Carmet. Aperçu chez Losey et Zulawski, le comédien tourne en 1985 avec deux maîtres de la Nouvelle vague, Claude Chabrol (Poulet au vinaigre, dans lequel il incarne un facteur trop bavard) et Jacques Rivette (Hurlevent, variation autour de l’oeuvre d’Emily Brontë).

 

Au début des années 90, Lucas Belvaux passe derrière la caméra. Auteur d’une première œuvre intimiste passée quelque peu inaperçue (Parfois trop d’amour), il obtient les faveurs de la critique et du public avec Pour rire ! (1996), vaudeville décalé. Fort de ce succès, il se lance dans un triptyque composé d’une comédie (Un couple épatant), d’un thriller (Cavale) et d’un mélodrame (Après la vie), les personnages principaux de chaque film devenant les personnages secondaires des deux autres. Le Prix Louis- Delluc viendra couronner en 2003 ce projet aussi ludique qu’ambitieux.

 

Artiste engagé, il réalise ensuite 4 long-métrages de cinéma que nous vous proposons de découvrir ou redécouvrir lors de notre focus et un film de télévision Nature contre Nature sur la question du partage.

 

Films projetés au festival

La raison du plus faible

Nature contre nature

Pas son genre

Rapt

38 témoins