11 juillet 2012

 

De la tradition à l’expression plus personnelle


Il serait injurieux de parler de « Réveil de l’Afrique » à travers ses créateurs et leurs créations artistiques dans autant de domaines qu’il se peut exprimer. L’art est multi-milllénaire sur le sol africain, il est puissant, varié, inventif, et son cinéma est là pour en témoigner. Le cinéma des « grands aînés » a toujours plongé aux racines des traditions, jusqu’au vécu quotidien, dans les villages ; mais en fait, c’est un cinéma qui résiste à toutes les formes d’enfermement, de domination, et qui amorce des voies vers l’émancipation.
Aujourd’hui, et malgré un réseau en déshérence voire inexistant, de jeunes réalisatrices-réalisateurs, profitent d’une économie réduite de production grâce au numérique, pour affirmer une parole qui dit « Je », qui montre d’autres voies possibles vers une phase élargie de l’émancipation et de solidarités plus fortement nouées.

C’est ce regard neuf, une expression élargie que nous mettrons à la base du débat nécessaire pour envisager l’avenir proche de ce cinéma.

En présence de : Momar Kan, universitaire spécialiste du cinéma. africain.

 

 

Ce débat s'inscrit dans la thématique : Zoom Afrique-s